Le Projet

Présentation du Projet Egalite des Chances

Présentation du programme national « Egalité des Chances dans l’Enseignement Supérieur »

En France, la démocratisation de l’enseignement est une exigence d’équité citoyenne. C’est pourquoi le rôle majeur de l’Ecole est de mettre chacun sur un chemin qui le mène vers sa propre excellence. Mais, le moteur de la réussite reste l’élève lui-même et il nous appartient collectivement d’assurer des conditions équitables pour tous, quels que soient la situation familiale, le genre, les origines sociales ou le lieu des études pré-baccalauréat.

Les jeunes issus de catégories socioprofessionnelles favorisées sont très présents dans les filières sélectives et prestigieuses, à l’inverse de ceux ayant eu une scolarité en zone sensible. Ces derniers choisissent plus souvent des métiers demandant moins de qualification. Le programme national « Egalité des chances dans l’accès aux formations d’excellence » vise à promouvoir l’égalité des chances, à améliorer les conditions de réussite scolaire pour une meilleure insertion sociale et professionnelle, mais aussi à donner de l’ambition aux élèves scolarisés dans les zones d’éducation prioritaire (ZEP/REP) et des zones urbaines sensibles (ZUS).


Une grande école : Pourquoi Pas Moi ?

Depuis septembre 2005, une cinquantaine d’élèves-ingénieurs intégrant l’ESSTIN directement en troisième année (recrutement parallèle) sont chargés d’un projet « citoyen » en direction de jeunes collégiens et lycéens.


Le logo des Cordées de la Réussite

C’est dans ce cadre que l’ESSTIN est impliquée dans le programme « Egalité des chances – Ouverture sociale ». Parallèlement à ces actions, une équipe d’élèves et de personnel féminin œuvre à promouvoir les vocations scientifiques féminines. C’est le programme « Egalité des Chances – Femmes/Hommes ».


Le logo de Elles Bougent

Ces deux programmes bénéficient donc, d’une part à des lycéens et à des collégiens issus de territoires relevant de la politique de la ville, et, d’autre part à des jeunes filles issues de collèges, de lycées et d’établissements d’enseignement supérieur de la région Lorraine. Aujourd’hui le projet se développe dans six établissements et le projet semble porter ses fruits puisqu’on peut relever des désirs d’orientation plus variés en fin d’année.